Archives de l’ASSA

 


Directeur : académicien Vasilije Krestić
Téléphone : (+381 11) 202 71 18 Fax : (+381 11) 182 285 Courriel : arhiv@sanu.ac.rs Adresse : Archives de l’ASSA, Knez Mihailova 35, 11000 Belgrade, Serbie

 

Informations générales


La salle de lecture des Archives dispose d’un fichier de notices, d’un lecteur de microfilms et d’un ensemble d’ouvrages en libre accès. Elle est ouverte aux chercheurs les jours ouvrables de 8 h 30 à 14 h 30.

 

Histoire


Les Archives de l’Académie serbe des sciences et des arts furent fondées en 1841, en même temps que la Société serbe des gens de lettres, qui attachait une importance particulière à la collecte des sources et autres matériaux portant sur l’histoire serbe. Les travaux de collecte s’intensifièrent à la fin de l’année 1846, avec la demande faite par Jovan Stejić le 29 décembre de sauver de l’oubli les données historiques, tandis qu’Avram Petronijević s’engageait à élaborer un plan pour la collecte des documents. La Société serbe des gens de lettres fut suspendue le 27 janvier 1846, puis restaurée le 1er août de la même année sous le nom de Société savante serbe. Cette dernière hérita des documents déjà rassemblés et poursuivit la collecte de manuscrits et de pièces d’archive. Leur classement et leur inventaire débutèrent fin 1870. Après la fusion de la Société savante serbe et de l’Académie le 10 février 1892, grâce à un amendement de la loi sur l’Académie, et une fois officialisé le nom de l’Académie royale serbe, les archives devinrent la propriété de l’Académie avec 263 manuscrits et imprimés anciens (Collection ancienne) et 1397 documents inventoriés et cotés dans la collection historique. Ce fonds fut structuré et enrichi de manière significative par l’Académie. La possession de documents sur l’histoire culturelle, politique et littéraire du peuple serbe poussa l’Académie à envisager de faire des Archives une institution de service public. C’est ainsi que la Présidence, lors de sa séance du 4 octobre 1899, « afin que les archives historiques et la collection de manuscrits de l’Académie soient accessibles au plus grand nombre de savants », décida que les sections de philosophie et de sciences humaines aborderaient la question de « l’organisation des archives et des collections » dès leur première réunion commune. Lors du compte rendu des « travaux et tâches de l’Académie royale serbe » à la séance solennelle annuelle de l’Académie du 7 mars 1925, il fut souligné que les Archives possédaient « une collection remarquable de manuscrits anciens », des documents personnels, des lettres, des mémoires et des pièces relatives au folklore, et avertit qu’« une grande partie de ce matériel de grande valeur pouvait être mis à la disposition d’un public de spécialistes mais qu’il était nécessaire pour cela de réorganiser les Archives et d’en faire un établissement public ». Le compte rendu ajoutait : « Les travaux dans ce but ont commencé et nous espérons qu’ils seront terminés dans le courant de l’année. » Cet espoir, cependant, ne se réalisa pas, pour diverses raisons mais avant tout par manque d’espace. Les Archives, en tant que lieu ouvert au public, ne devinrent accessibles à tous les chercheurs et scientifiques intéressés qu’après leur déménagement du 15 rue Brankova au 35 rue Knez Mihailova, qui eut lieu en février 1952. Les Archives furent alors dotées de leur propre bureau, d’un espace de stockage pour leurs collections et d’une salle de lecture. Auparavant gérées par des employés administratifs, elles passaient sous le contrôle scientifique d’un conservateur et d’archivistes. Quatre ans plus tard, la Présidence de l’ASS adopta le Règlement relatif à l’organisation des Archives de l’Académie serbe des sciences et le Règlement relatif à la salle de lecture des Archives. Ces changements permirent d’acquérir un équipement technique moderne et de compléter les équipes d’encadrement. La salle de lecture des Archives dispose de fichiers de notices, d’un lecteur de microfilms et d’ouvrages en libre accès.

 

Collections


Les Archives disposent des fonds (archives administratives) de la Société serbe des gens de lettres (1841-1864), de la Société savante serbe (1864-1892), pour lesquels il existe un fichier de notices, de l’Académie royale serbe (1887-1944) et de deux instituts désormais dissous de l’Académie serbe des sciences : l’Institut pour l’étude de la littérature (1947-1954) et l’Institut pour l’étude des villages (1948-1954). À cela s’ajoutent, pour la période allant de 1945 à 1998, les Comptes rendus des séances du Conseil exécutif de la Présidence de l’Académie serbe des sciences et de l’Académie serbe des sciences et des arts, les Comptes rendus des séances de la Présidence de l’Académie serbe des sciences et de l’Académie serbe des sciences et des arts, les Comptes rendus des sessions régulières, extraordinaires, solennelles et électorales des assemblées de l’Académie serbe des sciences et de l’Académie serbe des sciences et des arts, ainsi que les Dossiers des membres décédés de l’ASS et de l’ASSA. En 1997, un Cabinet des décorations fut créé au sein des Archives. Les Archives possèdent en outre quatre collections de documents, chacune avec ses cotes spécifiques. Elles sont communément appelées : Collection ancienne, Collection historique, Collection ethnographique et Collection orientale.

La Collection ancienne, ou Collection des manuscrits et imprimés anciens, est la plus vaste collection de manuscrits et d’imprimés anciens serbes dans notre pays depuis la destruction de la Bibliothèque nationale de Serbie en 1941. A ce jour, l’inventaire de la collection compte 526 unités, allant du XIIIe au XIXe siècle. Elles sont décrites jusqu’à l’indice 339 dans le catalogue des manuscrits et imprimés anciens établi par Ljubomir Stojanović et édité par l’ARS en 1901.

La Collection historique est la plus variée par son contenu et la plus importante par son volume. Ses 15 071 cotes répertorient des documents allant du Moyen Age jusqu’à nos jours : chartes médiévales originales ou transcrites, documents divers, correspondances, actes, protocoles, manuscrits, copies d’anciennes archives, mémoires, compositions, albums photo, etc., que ce soient des documents indépendants ou qu’ils fassent partie d’un ensemble plus important laissé par nos éminents savants dans les domaines des sciences, de la politique, de la littérature ou de la culture. La collection comprend notamment les fonds laissés par Vuk Karadžić, Jovan Cvijić, Nikola Pašić, Jovan Tomić, Ivo Andrić, Milutin Milanković, la famille Obrenović, Aleksandar Belić, Viktor Novak, le prince Vasa Popović, Branko Ćopić, Mihailo Ristić, Steva Dimitrijević et Svetislav Cvijanović. Cette collection dispose d’un ensemble de notices (nom, sujet), de notices propres à la succession de Vuk Karadžić, de huit livres d’inventaire et de répertoires des legs (lesquels comprenaient jusqu’à 10 000 pièces). Les documents du fonds historique sont rédigés en langue serbe, parfois en slavon d’église ou, pour quelques-uns, en latin, russe, français, anglais, allemand, italien, hongrois, turc, grec ou dans d’autres langues.

La Collection ethnographique compte 482 unités inventoriées appartenant à des collections plus ou moins vastes de contes et chants populaires ou de pièces ethnographiques que l’on doit à divers rassembleurs de pratiquement toutes les régions de Serbie. Elle comprend également les fonds personnels de Veselin Čajkanović, Jovan Erdeljanović, Dena Debeljković et Radoslav Pavlović. La collection englobe la période des XIXe et XXe siècles. Elle dispose de deux livres d’inventaire et d’un fichier de notices constitué à partir des travaux des chercheurs et des rassembleurs des contes et chants populaires.

La Collection orientale compte 262 manuscrits et imprimés et 92 numéros d’inventaire. Les ouvrages ont été écrits en turc ou en arabe entre le XVe et le XXe siècle. Elle est consignée dans un livre d’inventaire.

Le Cabinet des décorations compte aujourd’hui 611 pièces inventoriées, documents et objets.

 

Mission et rôle


La compétence territoriale des Archives n’est pas fixée par la loi. Un certain nombre de collectivités territoriales ou d’entités administratives échappent à son contrôle.

Les missions premières des Archives sont de collecter de manière systématique, dans toutes les zones de peuplement serbe, le matériel relatif à l’histoire de l’Académie et du peuple serbe, de conserver, sauvegarder, classer, restaurer, protéger et publier le matériel d’archive et de le mettre à la disposition des scientifiques et autres personnes intéressées. Pour mener à bien ces missions, les Archives ne disposent pas de services ou de départements organisés selon un découpage strict des compétences, qui seraient dédiés par exemple à la protection des documents ou aux affaires comptables et juridiques. Les travaux techniques de protection des archives (conservation, restauration) sont exécutés en coopération avec la Bibliothèque nationale de Serbie et les Archives de Serbie, tandis que les autres activités (affaires comptables et juridiques, sécurité) sont assurées par les services généraux de l’ASSA.

Les Archives n’ont pas eu jusqu’à présent d’activités éditoriales indépendantes, bien que statutairement cette possibilité existe. Le Catalogue des manuscrits d’Ivo Andrić a été publié en coopération avec la Fondation Ivo Andrić et le Guide des archives de la Société serbe des gens de lettres (1842, 1845-1864) en coopération avec les Archives de Serbie. L’Académie a fait paraître, dans le cadre de son programme éditorial, quelques ouvrages exploitant le fonds documentaire des Archives.

 

Principaux ouvrages publiés


Ž. Živanović, Mémoires de Stefan-Stevča Mihailović. En deux parties. De 1813 à 1842 et de 1858 à 1867, Annales d’histoire, langue et littérature (Annales HLL), première section, vol. 18, Belgrade 1928 ; S. Lovčević, Lettres d’Ilija Garašanin à Jovan Marinović. Livre premier. Du 29 mars 1848 au 31 déc. 1858, Annales HLL, première section, vol. 21, Belgrade 1931. Livre deuxième. Du 4 janvier 1859 au 29 mars 1874, Annales HLL, première section, vol. 22, Belgrade 1931 ; J. Grujić, Carnets de Jevrem Grujić. Livre premier. (Avant l’assemblée de Saint-André), Annales HLL, première section, vol. 7, Belgrade 1922, Livre deuxième. (Assemblée de Saint-André), Annales HLL, première section, vol. 8, Belgrade 1923, Livre troisième. (Deuxième gouvernement Obrenović et guerres turques), Annales HLL, première section, vol. 9, Belgrade 1923 ; V. Jovanović, Mémoires, (préface et présentation de V. Krestić), Belgrade 1988 ; N. Pašić, L’entente serbo-croate, (présenté par Đ. Stanković), Belgrade 1995 ; A. Petrović, Mémoires, (présenté par L. Perović), Belgrade 1988, (aux archives de l’ASSA, le manuscrit est référencé : Mémoires d’Avram Petrović de 1871 à 1903) ; P. Todorović, Journal, (présenté par L. Perović), Belgrade 1990 ; M. Obradović, Chants populaires serbes de Slavonie occidentale, (présenté par S. Garonja-Radovanac), Topusko – Novi Sad 1995 ; Œuvres complètes de Vuk St. Karadžić ; M. Miroćanac, Notes (présenté par S. Rajić), Belgrade 2004 ; Nikola Krstić, Vie publique I-IV (présenté par M. Jagodić), Belgrade 2005-2007 ; Nikola Krstić, Vie privée et publique I-II (présenté par A. Vuletić et M. Jagodić), Belgrade 2005 ; Lazar Arsenijević Batalaka, La vie de Karađorđe (présenté par R. Popović), Belgrade 2004 ; Viktor Novak, Magnum Crimen. Deux chapitres laissés de côté, (présenté par V. Krestić), Jagodina 2005.