Téléphone : (+381 21) 88 17 57 Adresse : Archives de Sremski Karlovci, Trg Branka Radičevića 17, 21000 Sremski Karlovci, Serbie

 

Histoire

La création des Archives est liée à l’un des événements majeurs de l’histoire moderne du peuple serbe : la Grande Migration des Serbes sous la conduite du patriarche Arsenije Čarnojević (Arsenije III) en 1690. Livres, objets sacrés, chartes des souverains serbes du Moyen Age, actes officiels, décrets et autres écrits furent alors transportés des territoires balkaniques de l’Empire ottoman dans ceux de la monarchie des Habsbourg.

Le patriarche Arsenije III entreprit de faire copier ce patrimoine documentaire, avec l’aide d’institutions ou de personnalités séculières, religieuses et militaires de la monarchie des Habsbourg, de Serbie, de Russie et d’autres pays. Ce travail de copie, qu’autorisait le régime d’autonomie des Eglises et de l’enseignement, fut poursuivi par ses successeurs. Durant la Seconde Guerre mondiale, les Archives furent fermées par les autorités allemandes et oustachies et partiellement endommagées. Le 4 juillet 1949, à la demande de l’ASS, le saint-synode de l’Église orthodoxe serbe transféra à l’Académie le fonds « de l’Archevêché et du Consistoire de Sremski Karlovci afin qu’elle en assure la sauvegarde et la conservation » nécessaires à son utilisation à des fins scientifiques. L’Académie fournit les moyens, les personnels et la logistique ; elle fit revenir de Vienne 81 chartes et accueillit les Archives de la magistrature de Karlovci et du lycée de Karlovci, qui se trouvaient précédemment dans des locaux inadaptés et peu sûrs. Elle recueillit auprès de la population une certaine quantité de documents et matériaux, en racheta d’autres et enregistra sur microfilm aux Archives historiques de Zadar une grande partie du fonds de l’Evêché de Dalmatie.

Le patrimoine des archives de l’ASSA à Sremski Karlovci couvre une période historique allant du milieu du XVIe siècle aux années 70 du XXe siècle, avec quelques incursions dans un passé plus lointain. Il a été rédigé par des individus de professions variées, en langue serbe (ou dans ses anciennes variantes), en allemand, latin, slavon russe, hongrois, italien, grec, roumain et dans quelques autres langues européennes. On y trouve notamment requêtes, plaintes, comptes rendus, mémorandums, procès-verbaux, contrats, testaments, transcriptions, recensements. Le traitement de ces documents est toujours en cours : classement, rangement dans des caissons de protection, conservation, protection de l’humidité et des autres facteurs pouvant les endommager. Ce patrimoine est pour l’instant partagé en 44 fonds et 10 collections de moindre importance. Les archives possèdent aujourd’hui près de trois millions de documents. La plupart d’entre eux sont référencés dans protocoles et registres, qu’ils soient d’origine ou aient été établis rétrospectivement, inventaires chronologiques, fichiers des personnalités, répertoires. Pris dans son ensemble, ce matériel est une source de premier choix sur l’histoire politique, culturelle et économique du peuple serbe sous la monarchie des Habsbourg, en particulier pour ce qui concerne l’Eglise et la vie religieuse, l’éducation, les écoles, la littérature, les arts et les relations diverses des Serbes avec plusieurs peuples eurasiens. Parmi les nombreux chercheurs qui ont rédigé leurs livres, études ou articles sur la base de ce fonds documentaire, ou en ont publié certains éléments dans revues et recueils thématiques, citons notamment Ilarion et Dimitrije Ruvarac, Radoslav M. Grujić, Mita Kostić, Dejan Medaković, Vasilije Krestić, Slavko Gavrilović et Nikola Gavrilović.

Les Archives de l’ASSA à Sremski Karlovci sont les premières archives modernes dans l’histoire de la Serbie. Le premier inventaire connu remonte à 1719. La bibliothèque des Archives de Sremski Karlovci dispose quant à elle de plus de 2500 ouvrages.