L’Académie royale serbe (1886-1947)

 

L’Académie royale serbe fut créée par une loi votée par le Parlement et promulguée par le roi Milan Obrenović le 1er novembre 1886. C’est lui qui, en tant que protecteur de l’Académie, nomma par une « haute ordonnance » les premiers académiciens. Le premier président de l’Académie, Josif Pančić, s’adressa par lettre, depuis son lit de mort, à l’assemblée solennelle inaugurale de l’Académie, qui eut lieu le 22 février 1888. Il transmettait ainsi ses réflexions sur les travaux futurs de l’Académie. Certaines d’entre elles sont restées d’actualité durant toutes les années d’activité de l’Académie : « … seules la vérité et la stricte objectivité scientifique doivent présider aux travaux de notre Académie, laquelle ne doit jamais céder aux diverses croyances ou aux nouvelles tendances dictées par l’époque ou par les conditions sociales... » ou encore « … les écrits de l’Académie doivent préserver la pureté de notre belle langue ».

L’Académie était composée de quatre sections :

  • sciences naturelles ;
  • sciences philosophiques ;
  • sciences sociales ;
  • arts.

La mise en place de recherches systématiques et la direction scientifique des travaux furent de grandes nouveautés méthodologiques. À l’occasion du centenaire de la naissance de Vuk Karadžić, Stojan Novaković lança le projet du Dictionnaire de la langue littéraire populaire serbe. À cette fin fut créée la section de lexicographie, qui allait rester active pendant plus de cinquante ans. Elle collecta une somme considérable de matériaux, plus tard utilisés par l’Institut pour la langue serbe, et commença la publication du Dictionnaire sous la direction de l’académicien Jovan Belić. C’est au comité ethnographique que l’on doit l'une des plus grandes réussites dans l'étude de la vie et des coutumes populaires. Les académiciens Jovan Cvijić et Jovan Erdeljanović élaborèrent un guide méthodologique et lancèrent les séries scientifiques « Zones d’habitation et origines de la population » et « Vie et coutumes populaires » de la Revue ethnographique serbe. La fin du XIXe siècle vit la parution du Recueil pour l'histoire, la langue et la littérature du peuple serbe qui publia un grand nombre de sources. Parmi les œuvres capitales de l’époque, citons Anciens écrits et inscriptions serbes de Ljubomir Stojanović, Chartes et actes juridiques de Dubrovnik de Jovan Radonić et les Documents des archives de Vienne sur la première insurrection serbe d’Aleksa Ivić.
Les publications de l'Académie royale serbe reflètent de manière très fidèle l'activité scientifique et culturelle des académiciens. Ces derniers publiaient les résultats de leurs recherches dans la revue scientifique le Courrier de l’Académie royale serbe.
Les articles publiés dans la première partie du Courrier de l’ARS portent sur les sciences naturelles et ceux de la seconde partie sur la philosophie, la philologie, le droit et l’histoire.
Le Monument de l’ARS est une collection où paraissaient les matériaux scientifiques.
Les Éditions spéciales de l’ARS étaient destinées à la publication d’études et de monographies plus importantes.